samedi 15 février 2014

Du 17 Janvier au 05 Février - Il était une "froid" dans l'ouest...

Par Mister Freeze,


"La vie, c'est comme une boite de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber". Cette célèbre phrase va enfin prendre tout son sens au cours de cet article...


C'est donc le cœur conquis que nous quittons San Francisco, ville ayant bravé les décennies sans prendre une ride, où se mêlent surfeurs et costards/cravates, nouveau tramway et vieilles Cadillac. San Francisco représente également pour nous le point le plus au Nord de notre traversée du continent Américain. A partir de maintenant, ça ne fait que descendre pour ainsi dire...
Le plan de la journée est long à se mettre en place. Finalement, par manque d'informations sur le niveau d'enneigement au Yosémite National Park, nous décidons de l'éviter et d'aller directement un peu plus au Sud. Cependant, référence à la phrase d'accroche, après une centaine de kilomètres et revenant sur nos pas pour faire le plein d'essence, voilà que notre route croise celle de deux américains également en moto. Présentations faîtes, ils nous informent que cette année l'hiver est extrêmement doux et que nous pouvons aller dans les montagnes sans aucun problème, chose qu'ils sont d'ailleurs en train de faire. Nous leur emboitons donc le pas et nous voici finalement sur la route pour le Yosémite National Park.




La première vision n'est pas des plus merveilleuses, avec les traces des énormes incendies qui ont ravagé la Californie il y a de cela quelques années...


Pour ensuite arriver dans la Vallée de Yosémite et laisser apparaître le célèbre Half Dome...


Le village se trouve enclavé dans une vallée, effectivement il n'y a quasiment pas de neige, mais le fond de l'air reste quand même glacial. Nous trouvons refuge dans des sortes de tentes, chauffées en permanence, bon pour les économies d'énergie faudra repasser. Les mesures anti-ours sont drastiques, ne rien laisser dans les véhicules, les motos pour nous en l’occurrence, tout ce qui est nourriture, ustensiles de cuisine, même les produits de salle de bain, nous devons tout ranger dans une grosse caisse en fer scellée au sol et prévue à cet effet. Du coup, on peut croiser Papa Ours qui vient acheter son dentifrice au supermarché...


En ce si beau matin bien frais, les écureuils ont moins de mal que nous...


Nous partons randonner pour quelques heures, sur une boucle qui va nous mener jusqu'au Mirror Lake. Même en marchant, nous avons énormément de mal à nous réchauffer...



 Le Mirror Lake, comme tous les autres points de la région, manque cruellement d'eau. Nous apprendrons quelques jours plus tard, que la Californie est déjà en alerte sécheresse. Mais nous avons pu quand même comprendre d'où il tenait son nom...


Tout au long de la journée, les paysages défilent...





Ne vous y fiez pas, l'ensoleillement ne fût que très bref...



Parfait pour le pique-nique du midi...


Il faut savoir donner de sa personne pour que les photos soient réussies...


Une belle surprise au détour d'un chemin...



Et celui-ci allant aplatir entre les perches...( avec l'accent du sud-ouest, bien sûr!!)


En somme, une superbe journée au Yosémite National Park...



Deux nuits avec des températures négatives ne sont pas pour plaire non plus aux KTM. C'est donc très laborieusement que le réveil s'effectue. Nous passons aujourd'hui d'une réserve à une autre, en la personne du Séquoia National Park. Le ronronnement du moteur en bruit de fond, les routes aux États-Unis s'étendent à perte de vue. Le passage d'un village fantôme, ou un autre ayant un nom à coucher dehors, tout est bon pour se distraire. L'ami de midi est le bienvenue pour partager notre sandwich...


La route s'élève, des arbres à perte de vue, nous entrons aux Séquoia et Kings Canyon National Park. Pour deux personnes et une moto, le droit d'accès dans les parcs nationaux est de 20 Dollars ( moins de 15 euros ), mais le billet est valable pendant 7 jours, donc ça c'est plutôt positif. Nous rencontrons un motard du coin qui nous dit qu'il n'avait pas vu un hiver aussi clément depuis les années 80. Chanceux que nous sommes, mais cela va forcément se payer un jour!!
Dès le lendemain, nous partons à la rencontre de ces géants ayant traversés les âges...






Le Général Grant, du nom d'un chef d'état major lors de la guerre de Sécession, serait âgé d'environ 1 700 ans...


Contrairement au Yosémite, ce versant du Séquoia National Park est parfaitement ensoleillé, la journée est superbe dans un cadre hors du commun...






Un peu de neige subsiste dans les coins les plus ombragés...


Le parc possède le plus grand arbre du monde en volume, l'imposant Général Sherman. Du haut de ses 83 mètres, ce séquoia géant impressionne...





 

Parfait pour faire une table-basse...


Tout aussi géant, le "muffin" est le bienvenue pour la pause...



Nous redescendons en altitude pour poser notre campement dans un des campings du parc. En hiver, personne n'est à l'accueil, il faut s'enregistrer tout seul et mettre l'argent dans une borne. Ce système basé sur la confiance est vraiment intéressant. Vous pouvez admirer sur la gauche la fameuse "bear box", la boite à ours. Je ne sais pas si il vaut mieux mettre la nourriture dedans ou essayer de se cacher à l'intérieur en cas d'attaque!!...


Changement de cap et changement de décor. Nous avons une étape intermédiaire avant de rejoindre la Death Valley. Finies les forêts à perte de vue, bienvenue dans le désert...à perte de vue. Plaines arides bordées de cactus, nous faisons halte au Red Rock Canyon State Park. Dommage que les journées soient si courtes, nous en verrons plus demain matin. Vous connaissez l'histoire du c.. qui tous les soirs gonflait les matelas?...




Quoi de plus merveilleux que de prendre son petit déjeuner dans un lieu pareil...



L'endroit est tout simplement sublime, les couleurs sont mises en avant avec les premiers rayons du soleil...








Même en étant dans le désert, nous continuons de rouler en altitude. Certains villages sont vraiment reculés, une station-service et trois maisons en bord de route...


Des paysages lunaires entourés de montagnes parsemées de neige, le tableau est superbe...


Vers midi, sous un soleil qui réchauffe, nous entrons officiellement dans la Death Valley...


Pour le coup, cette fois-ci, nous sommes à la meilleure saison pour visiter. En effet, en été, les températures avoisinent ou dépassent les 50°C et là où ailleurs la saison bât son plein, ici les établissements ferment. Curiosité topographique, nous passons aujourd'hui de plus de 2 000 mètres d'altitude, à -58 mètres sous le niveau de la mer...



Les grands espaces, sa bécane, difficile de décrire le ressenti...


Nous nous posons pour deux jours à Furnace Creek, dans un petit camping. Si on m'avait dit qu'au niveau nombre de douches, les États-Unis ressembleraient à la Mongolie, je ne l'aurais jamais crû. En effet, les campings sont très bien mais très sommaires, voire rustiques. Un point d'eau, un toilette et puis les douches on les cherche encore!! Les américains campent beaucoup mais avec leurs énormes camping-car ( Récréation Véhicule ) dont le confort et l'équipement dépassent bien des maisons. Pour faire court, ça commence à sentir le cow-boy sous la tente!!
Le ciel est un peu couvert le lendemain mais cela ne nous empêche pas d'apprécier ce lieu grandiose...








Artist's Palette, les différentes couleurs de la roche proviennent de l'oxydation des métaux qui y sont inclus...



Du temps où l'on attaquait les diligences et de la ruée vers l'or...




Nous reprenons la route et entrons dans l'Etat du Nevada, mais cette fois-ci pour un tout autre spectacle. De ce que la Nature peut avoir de plus grandiose vers le démesurément grand, mais de la main de l'Homme: Las Végas. Mis à part les lotissements qui fleurissent autour, une cinquantaine de tours surgissent de ce décor aride. Surprenant. Las Végas, ça se passe la nuit et vraiment, ça paraît irréel...




Lisez bien l'écriteau à gauche de la photo et vous connaitrez enfin la vérité...


Comment rendre heureuse Émilie? Une "petite" boutique de bonbons bien sûr!!...


Nous parions quelques "quarters" ( 25 cents ), mais la récompense est bien là, de quoi se payer une demi-journée supplémentaire dans notre voyage!!...



En plein jour, Las Végas c'est le néant. Les gens décuvent ou comptent les sous qu'ils ont perdu la veille. Pour nous, ce sera lavage des affaires. C'est moyen de rentrer dans un casino avec les habits qui sentent le feu de bois et le barbecue!! Chose intéressante, même à la laverie on trouve des machines à sous. Que l'on adhère ou pas, Sin City ( la ville du péché ) est à voir au moins juste un soir...




L'hôtel/casino Luxor m'a réellement impréssionné d'un point de vue architecture...


Les chambres montent en pyramide jusqu'au sommet...


Allez un dernier petit coup, on ne sait jamais...


C'est une longue étape qui nous attend pour rejoindre le Grand Canyon. Notre visite du Nevada fût brève, celle de l'Arizona s'annonce plus étendue. La pompe à essence est "l'amie" du voyageur motorisé, surtout quand le litre est à 0,75 euros!! C'est souvent là que l'on trouve du réconfort avec un bon café chaud et un petit gâteau, endroit également où bon nombre de discussions s'amorcent...


Notre chemin croise La Route 66 Historique, The Mother Road, et ses villages mythiques...



L'arrivée est tardive sur le Grand Canyon, la faute à un câble électrique réticent sur Force Noire. Qui dit arrivée tardive, dit montage de tentes à la lampe frontale!! Ce soir, il fait froid. Le lendemain, le soleil tarde à montrer ses premiers rayons. A quelques encablures du camping se trouve le Grand Canyon et je pense me souvenir longtemps de ma première vision de celui-ci. Jamais quelque chose ne m'a paru autant gigantesque, à couper le souffle...





Difficile à faire rendre en photo, des millions d'années d'érosion juste sous nos yeux...







Retour au camps pour un en-cas...


Le soleil bât en retraite et les températures chutent rapidement. Courage, fuyons!! Nous nous réfugions dans le supermarché/souvenirs du village, où pendant près de deux heures, nous avons contemplé minutieusement chaque article. Ils ont dû nous prendre pour des fous, mais il faisait si bon à l'intérieur. Puis, il a fallu sortir. Température vers 20 heures, il y a un moins devant le zéro!!...


Ne pas trop s'éloigner du feu, tel est le maître-mot...



La personne qui a eu la chance de se lever pour aller aux toilettes dans la nuit a vue un petit -4°C. Conclusion de cette nuit: notre équipement est bien trop léger mais après c'est une question de place sur la moto. Les duvets, dans lesquels nous avions investi en prévision de ce genre de situation, ont rapidement montré leurs limites. Et pour finir, ultime constat, Émilie déteste encore plus le camping!!
Les bonnes têtes, mais pains grillés quand même...


Nous quittons le Grand Canyon par l'Est, le temps d'une dernière photo...



Nous prenons la direction de Page, au Nord de l'Arizona. A quelques kilomètres de la ville se trouve le Horseshoe Bend, le fer à cheval. La rivière Colorado y forme un magnifique virage...




Ne pas trop s'approcher, la roche est friable!!...




Le vent s'y met et soulève avec lui du sable. Pour le pique-nique, c'est foutu! Le temps de jeter un coup d’œil au lac Powell, que nous rentrons nous mettre au chaud dans notre petit motel cette fois-ci...


La partie centrale et nord de l'Arizona n'est qu'un plateau désertique immense. Le détail que nous avions omis est que celui-ci se trouve en permanence entre 1 800 mètres et 2 200 mètres environ d'altitude, donc sujet aux éléments. La route qui nous mène vers Monument Valley est difficile, un vent glacial balaye tout le plateau. La température moteur a du mal à monter et les doigts dans les gants en cuir, du mal à se décrisper.
Par miracle, nous passons entre les gouttes et forçons un peu le destin pour se rendre à Monument Valley, en territoire Navajo...





Je ne sais plus trop quels superlatifs utiliser, mais croyez-moi, la magie est au rendez-vous...







Bon nombre de westerns ont été tournés dans ce décor, notamment quelques scènes d'"Il était une fois dans l'ouest", de Sergio Léone, ainsi que le célèbre film "Ça me grattouille quand je suis sur les toilettes"...


Les Indiens Navajos ont nommé certains rochers, comme celui-ci par exemple, Les Trois Sœurs...


Le ciel se charge et n'annonce rien de bon. Heureux et chanceux d'avoir pu profiter pleinement de ce lieu incroyable...



Ce matin, ouverture des rideaux et...de la neige!! La chance est en train de tourner, fuyons vers le sud...


Nous faisons un petit crochet rapide par le Canyon de Chelly, c'est surprenant un désert sous un manteau blanc...


Nous nous remettons en selle rapidement car le temps menace et nous ne voulons pas tenter le diable. Nous prenons la direction d'Holbrook, où se trouve un parc national séparé en deux parties distinctes. Nous commençons par Painted Desert, le désert peint, où de sublimes paysages aux tons pastels se succèdent...






Nous croisons à nouveau la mythique Route 66...



Avec voiture d'époque cette fois-ci...



 Des pétroglyphes amérindiens prouvent la présence de villages sur le site, il y a plus de 10 000 ans...





 La seconde partie du parc est Petrified Forest, la forêt pétrifiée. Votre attention, s'il vous plaît, début du cours. Naguère, il y a environ 225 millions d'années, de grands arbres, des cours d'eau ainsi que des amphibiens géants et de petits dinosaures, prospéraient dans cette vallée où il faisait bon vivre. Les rivières gonflèrent, amenant avec elles les arbres vers des plaines inondées. Les troncs furent couverts d'argile, de boue et de sable ainsi que de cendres volcaniques. Cette couverture de sédiments coupa l'oxygène et retarda la pourriture des troncs d'arbres. Progressivement, les eaux souterraines chargées de silice s'infiltrèrent dans les arbres, la silice remplaça les tissus du bois, se cristallisa en quartz et les troncs furent transformés en pierre. Merci au guide d'information à l'entrée du parc. Place aux photos...






C'est donc la tête remplie de belles images que nous poursuivons vers la ville de Tucson ( prononcez Tousson ), au sud de l'Arizona. Celle-ci se trouve à une centaine de kilomètres de la frontière mexicaine, nous y resterons deux jours complets afin de se mettre un peu à jour, faire une lessive, petite inspection des motos, avant le grand saut au pays des sombréros. Nous dégotons un petit camping aux portes de la ville où l'accueil est absolument génial: Adventure Bound Camping, si vous passez par là. La plupart des occupants sont des retraités et ils passent leur temps entre différentes activités proposées par le camping. Comme dans un petit village, notre présence et notre voyage s'ébruitent rapidement. Ainsi nous sommes cordialement invités au petit déjeuner café/donuts, ou encore à la soirée Bingo. Les règles sont simples, une figure imposée doit être réalisée sur un carton comme au loto. Le premier qui termine la figure cri...je vous laisse deviner quoi...


Nous avons passé d'excellents moments en compagnie de tous ces retraités, ils s'éclatent et font plaisir à voir. J-Chris nous fera même l'honneur de décrocher une partie...


Notre "trip" aux USA s'achève ainsi et ici. Heureux.
Heureux, car l'hiver clément nous a permis de profiter de sites exceptionnels que nous n'aurions pu faire en temps normal.
Heureux, car la Nature nous a offert un spectacle des plus grandioses, le travail du temps n'a pas d'égal, du moment qu'on ( l'Homme ) lui laisse le temps.
Heureux, car les Américains nous ont rappelés qu'une société peut s'articuler autour de la politesse, de la bienveillance et surtout du civisme.
Heureux, car lorsque tout va bien, on oublie bien trop souvent d'être simplement heureux.

J'ai failli me faire pleurer. Terminé les hamburgers, vive les tacos y vamos a la playa!!!!!









2 commentaires:

  1. Coucou les aventuriers, alors pour le coup on s'attendait à voir des indiens ,les paysages sont grandioses et magnifiques et impressionnant , ah! l'amérique ... on apprend plein de choses avec le prof Aurélien ...(est -ce que vous avez utilisez les toilettes qui grattouilles ? ) hi!hi! de gros bisous bisous

    RépondreSupprimer
  2. Salut,
    Vous pourriez faire des brochures de voyages.
    Quand je regarde votre site, je me demande bien pourquoi j'ai fait demi tour à Ulan Bator...
    Continuez à nous faire rêver et que ça roule!
    Que la bonne étoile vous suive.

    Baptiste et Ginette.

    RépondreSupprimer